vendredi 18 décembre 2009

Lumières d'hiver

Poitiers, le 18 décembre 2009, 14h52 


Au nord-ouest (N.B. : photo en couleurs non retouchée). 


Au sud


mercredi 16 décembre 2009

Cappuccino de marrons, céleri et petits lardons


Je ne cours plus tellement les blogs ces temps-ci. Je cours tout court pour préparer mes cours. (Je me répète, oui, c'est mon côté prof : rabâcher, c'est mon nouveau métier.

En préparant mes cours, j'ai découvert le blog poêlant d'un prof de musique québécois. On est samedi, c'est l'heure de la sieste, génial, j'ai 1h ou 2 devant moi pour bosser (ô félicité indicible). Je tape dans Google "Machaut - Ma fin est mon commencement". Si je pouvais trouver cette partoche sur le net, ça me sauverait car la bibliothèque universitaire est fermée le samedi. Or il me faut la musique pour mardi, et lundi je suis à Paris, TGV aller à 8h57 après dépose de mini Kriskou chez sa nounou, retour 19h22 (+ 25 minutes de retard il fait froid les caténères gèlent mais de toute façon à l'heure ou non, la BU est fermée). Enfin peu importe, en cherchant Machaut, je tombe sur ce billet et je fais un petit tour sur le reste du blog. C'est à mourir de rire...

*******

A part cela, on est tombés en panne de fuel juste au moment où il s'est mis à geler, ;-) Depuis on bricole avec des bidons et la cuisine fleure bon le mazout. Pour Noël on devrait avoir une sompt-ueuse (-aire ?) chaudière à gaz flambant neuve (si je puis dire). Comme dit P. : tout bien possédé est source d'ennuis. Faut bien que les nantis de notre espèce aient quelques soucis de temps en temps.

En attendant de pouvoir chauffer notre logis pictave, nous nous réchauffons avec des soupes et des plats en sauce. Blanquette de veau, carbonade flamande, curry vert de porc... bref des classiques. Et puis aussi ce cappuccino de marrons, céleri et petits lardons. Du rustique version bobo me direz-vous. Bien sûr. Une soupe assez liquide et légèrement mousseuse si on la mixe encore un p'tit coup au moment de servir. Elle est nourrissante mais pas "strozzapreti" comme disent les italiens (mot à mot : étrangle-prêtre, c'est à dire étouffe-chrétien comme vous l'aurez compris). Beaucoup de bouillon, donc, pour débarrasser les marrons de leur côté un peu farineux.

Cappuccino de marrons, céleri et petits lardons



le temps de prendre une photo de ce cappucino
lardons et châtaignes s'étaient noyés 
mlavec volupté 

Préparation :15 minutes
Cuisson : 20 minutes
Pour 4 à 6 personnes :
- céleri rave : 1/2 boule
- marrons cuits au naturel : 350g
- bouillon de poulet (volaille) maison si possible : 1,5 litre
- crème fraîche liquide : 15 cl
- lait : 5 cl
- lardons nature, taillés très finement : 3-4 cs
- sucre : 1 cs (pour caraméliser les lardons)

1. Pelez et détaillez le céleri-rave en cubes.

2. Réservez environ 6 marrons pour le service (en fonction du nombre de convives). Taillez les autres en morceaux.

3. Faites cuire le céleri et les marrons dans le bouillon de volaille pendant 20 minutes environ. Retirez du feu, ajoutez la crème fraîche et le lait, mixez jusqu'à obtenir une crème assez liquide et un peu mousseuse. Rectifiez l'assaisonnement en poivre et sel ainsi que la consistance si elle n'est pas assez fluide. Réservez au chaud.

4. A part, faites revenir les lardons nature dans une poêle très chaude, sans matière grasse, de façon à les faire dorer sur toutes les faces. Ajoutez alors le sucre délayé dans 1 cs d'eau, laissez caraméliser un tantinet.

5. Servez le cappuccino dans des bols ou des coupes, ajoutez quelques lardons et un marron par convive, donnez un tour de moulin à poivre.


lundi 7 décembre 2009

Panna cotta au caramel au beurre salé. Fin des travaux forcés ?

Décembre est arrivé. Désormais, il n'y a plus une seule feuille de noisetier à ramasser. Mais il y a largement de quoi s'occuper par ailleurs. 
Du travail, encore du travail. A la maison comme à l'Université. De jour comme de nuit. Tant de choses en retard qui s'accumulent. Pas une minute de répit. Pas une soirée de détente. L'entourage en a marre de m'entendre dire : "Je ne peux pas, j'ai du boulot, je ne m'en sors pas". 
Cette année, pour la première fois, je suis revenue sur quelques engagements trop lourds à tenir. Préparer 14h de cours magistraux, partir deux week-end de suite à 600km de chez moi, sans même pouvoir prétendre être logée à l'hôtel. J'ai longuement hésité, retourné la situation dans tous les sens. Et puis j'ai franchi le pas. Cela m'a incroyablement allégé l'esprit. 


Dans la foulée, j'ai dit non à une adorable vieille dame qui coordonne l'édition d'un ouvrage et insiste pour que je rédige en 15 jours les notices qu'un autre chercheur aurait dû lui remettre il y a neuf ans (vous avez bien lu : neuf ans !). Tout ça gratis pro Deo. Et puis quoi encore ? Elle peut me supplier, me maudire, me vouer aux gémonies. Je n'écrirai pas une ligne de plus pour ce bouquin. 

*******
A part cela, j'ai décidé de renflouer un peu ma silhouette. Dans la série des petites crèmes, voici la plus redoutable qui soit : une panna cotta façon crème renversée, 100% caramel au beurre salé. Inspirée de la recette de Laura Zavan au dulce de leche. Je n'aime pas trop la confiture de lait mais j'avais un pot de crème de caramel au beurre salé de marque Albert Ménès sous la main (je vous le conseille si vous ne vous lancez pas dans la fabrication du salidou maison : il est tip top). Cet accès de gourmandise, en pleine période de l'Avent, me vaudra sans doute quelques siècles de plus au purgatoire. 

Panna cotta au caramel au beurre salé


Pour 4 à 6 ramequins en fonction de leur taille : 
- 20 cl de crème liquide entière 
- 15 cl de lait 1/2 écrémé 
- 6 cs bien pleines de crème de caramel au beurre salé (adaptez en fonction de votre tolérance au sucré) 
- 1/2 cc d'extrait de vanille 
- 30g de sucre blanc 
- 4g de gélatine en feuilles (2 feuilles) 

1. Mettez la gélatine à ramollir dans l'eau froide. 

2. Préparez un caramel ambré avec le sucre en morceaux. Lorsqu'il a atteint la couleur désirée, ajoutez 3 cs de crème de caramel au beurre salé, mélangez et répartissez la crème obtenue au fond des ramequins. 

3. Portez à frémissement la crème, le lait, la vanille et les 3 cs restantes de crème de caramel au beurre salé. Ajoutez-y la gélatine essorée et remuez vivement pour bien la dissoudre. 

4. Versez la préparation dans les ramequins. Faites prendre au frigo au moins 4h. Dégustez directement dans les ramequins ou retournez la panna cotta comme une crème renversée.